AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les héros meurent seuls

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hariwald
Lancier Ailé
avatar

Nombre de messages : 34
Age : 31
Localisation : Middenheim
Date d'inscription : 22/03/2007

MessageSujet: Les héros meurent seuls   Lun 2 Avr - 20:11

Voici le début d’une petite histoire. Dites moi ce que vous en pensez et n’hésitez pas à poster des critiques bien sûr, bonnes ou mauvaises Wink !



Le silence était assourdissant. Implacable, il avait envahi l’atmosphère et s’était abattu sur le charnier. Pas un son, pas même un murmure…le silence…Tel un cancer il s‘était emparé de l’Instant et tordait le présent de sa poigne éthérée. Dans un murmure abject, il chuchotait à l’oreille des cadavres et insinuait en leurs esprits déjà décharné le folie de l’éternité.
Le silence…

Felgarth était encore envahi du fracas de la bataille. Son épée feulait emprisonnée dans son fourreau d’airain. Lame démon, elle insinuait dans sa tête des visions de guerres et de carnages en permanence. La dernière bataille ne l’avait pas rassasiée, elle en voulait encore, amante insatiable, toujours assoiffée.
Dans un sursaut de rage elle vibra d’énergie malsaine. L’élancement fut soudain, la douleur fit mettre à Felgarth un genou à terre alors qu’il luttait mentalement contre la volonté de l’arme. Ses yeux se mirent à pleurer du sang et sa gorge se serra. Sa cervelle bouillonna subitement. Vaincu, il baissa la tête, prosterné devant un invisible adversaire. On ne pouvait battre Khorne.
Un hurlement résonna dans son crâne alors qu’il se relevait. Du sang, encore. Un sourire se dessina sur ses lèvres, un sourire fou, un sourire qui aurait fait fuir toute les meutes de l’enfer…

Un vent glacial balaya le champ de bataille, purifiant l’air et gelant les corps. Sevastian senti la brûlure du froid sur ses joues et ouvrit péniblement un œil. Son côté droit le lançait douloureusement et une rigole de sang avait séché sur son front, continuant jusqu’à se perdre dans la barbe blonde du jeune kossar.
Rassemblant ses forces, il réussit à s’asseoir. Il sourit amèrement : il avait contracté tous ses muscles pour un geste simple et tous ses membres étaient engourdis. Le froid, ou la mort, avaient bien faillit le saisir définitivement.
Alors qu’il rassemblait ses idées, une gourde apparut dans son champ de vision à même pas un pouce de son visage.
- Bois !
Sevastian leva la tête à peine surpris et, remerciant son bienfaiteur d’un regard, il but une longue gorgée. Par le saint Tzar ! La gourde contenait t’elle quelque liquide enflammé ?! Non, bien sûr que non, c’était du Kvas, du vrai. La steppe même semblait couler dans ses veines. Il but encore.
- Doucement, tu vas prendre feu !
Le ton était enjoué mais la voix profonde, Sevastian se leva pour jauger l’autre homme…si s’en était bien un ! Il ressemblait en effet plus à un ours qu’à un être humain. Il faisait bien un tête de plus que lui et semblait deux fois plus large. A sa ceinture pendait une hache qui aurait pu fendre les dents d’Ursun elles même.
- Tu as erré longtemps dans les limbes, fit soudain le géant, ne voulait tu pas te réveiller ?
- Ma Rota a disparu, mon cheval est mort, pourquoi me réveiller ? Répondit Sevastian quelque peu impressionné par le ton autoritaire du colosse qui lui faisait face.
Ce dernier éclata d'un rire qui aurait fait rougir le tonnerre lui même :
- C’est le privilège des fous que de répondre à une question par une autre, s’esclaffa l’homme. J’ai deux chevaux robustes, suis moi, il est temps pour toi de vivre une dernière fois.
Comme une prière à lui même, le jeune guerrier chuchota :
- Vivre une dernière fois…


Dernière édition par le Mer 4 Avr - 22:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boris Ursus
Tzar
avatar

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: Les héros meurent seuls   Lun 2 Avr - 22:48

Exellent, Bravo !!! cheers J'en reste bouche bée Shocked
L'histoire est vraiment très accrochante et le style est très bon.
J'attends avec impatience la suite !

P.S. : tu as bien mérité une choppe de Kvas ! (pas n'importe lequel, il provient du meilleur maître-brasseur à Kislev, le fournisseur attitré de la cour Wink ). Je crois que je vais créer un sujet là-dessus Razz .

_________________
En avant ! ... A la recherche de nos folies et de nos gloires !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kislev.forumactif.fr
Hariwald
Lancier Ailé
avatar

Nombre de messages : 34
Age : 31
Localisation : Middenheim
Date d'inscription : 22/03/2007

MessageSujet: Re: Les héros meurent seuls   Lun 23 Avr - 21:05

Désolé pour les délais d'attentes mais mes études me font suer alors j'ai un temps très limité. Mais la suite viendra, faite moi confiance, je déteste les oeuvres inachevées!

Je m'y met après les partiels, juré! study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karl Von Lugen
Lancier Ailé
avatar

Nombre de messages : 40
Age : 24
Localisation : Neupre,dans la commune de liege
Date d'inscription : 21/04/2007

MessageSujet: Re: Les héros meurent seuls   Dim 29 Avr - 22:13

Le texte est extremement bien redigé!On dirait un vrai roman!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://middenheim.skyblog.com
Hariwald
Lancier Ailé
avatar

Nombre de messages : 34
Age : 31
Localisation : Middenheim
Date d'inscription : 22/03/2007

MessageSujet: Re: Les héros meurent seuls   Lun 7 Mai - 12:05

Voici un nouveau morceaux, la suite viendra, elle est écrite et il me reste juste à la taper.

-----------------------
Le camp chaotique puait la mort et la violence, partout, disséminés tels des mouches sur u cadavre, des petites groupes de guerriers s’étaient formés pour faire ripaille et se repaître des exploits de la journée. Partout la senteur à vue de sang se mêlait aux fumets persistant des viandes et aux relents d’alcool.
Seul sur le pas de sa tente, Felgarth s’imprégnait des humeurs des soldats et des vapeurs nocturnes. Depuis bien des décennies, il n’avait plus senti le souffle de l’air sur sa peau et cette sensation lui rappelait quelque chose de lointain, quelque chose d’humain…
Mais il était trop tard depuis longtemps, le cheminement sur la voie de la damnation était désormais trop entamé, et le retour n’était pas envisageable, ni même voulu ironisa pour lui même Felgarth. Il se maudit pour avoir ainsi pensé et adressa, une main sur la garde de son épée, une silencieuse prière à Khorne.
L’heure était grave et la faiblesse n’était plus permise, demain l’armée se remettrait en marche pour l’assaut final. Le seigneur de Khorne décida d’aller marcher au milieu de ses troupes, il aimait de cette manière se plonger dans ce qu’il appelait ses enfers…
Engoncé dans son armure pourpre faite de plaques d’airain, Felgarth amorça sa descente sur le campement. Le chemin qu’il suivait était bordé de flambeaux qui projetaient leur lumière malsaine au creux du regard du seigneur de la ruine, tel un écho sordide à ses pensées sinistres. Il savourait chaque instant, remerciant son dieu à chaque pas, bénissant la noirceur de la nuit que lui seul semblait illuminer.

En un instant la violence se déchaîna. Felgarth tourna son regard sur sa droite pour contempler l’ampleur du chaos et s’en repaître.

Un groupe de maraudeurs torses nus aux visages sauvages couronnés de cornes effectuait une danse bestiale en tournant autours du feu, leurs bouches aux crocs saillants tordues dans un rictus atroce, leurs yeux brillants luisant dans l’obscurité d’une rage et d’une folie démesurées. Et la transe était une danse et la haine était latente. Felgarth hurla et les hommes se figèrent tous en une éternelle seconde de soumission. Puis le sang se remit à bouillonner et la danse sauvage reprit.
Continuant sa route, Felgarth sentit monter à ses narines une odeur âcre d’excréments bestiaux et de sueur ignoble. Il reconnut immédiatement la provenance des effluves nauséabondes : des hommes bêtes.
Même à ses yeux ces…choses semblaient dégénérées : elles se tenaient debout sur leurs pattes de derrière munies de sabots, possédaient un torse puissant et large surmonté de têtes aux traits brutaux arborant, sur leurs faciès animaux, les symptômes de la mutation divine. Une vigueur sombre semblait animer leurs mouvements et leurs yeux bovins roulaient dans leurs orbites, offrant à leurs visages inexpressifs une impression de mouvement perpétuel déroutante.
Dégénérées…marmonna Felgarth pour lui même avant de se replonger dans la noirceur du sentier. Au fil de ses pas l’obscurité se fit plus dense, presque palpable et le grand guerrier qu’il était frissonna malgré lui. Une présence se manifestait, il le savait car ces êtres invisibles lui obéissaient, du moins lui semblait-il, mais ils paraissaient se situer au dessus du réel, au delà de sa volonté, perdus dans une infinité de possibles.
Des sanguinaires.
Le silence de leur antre était alarmant. Tout juste entendait-on des frottements sur le sol semblables à des bruits de pas. Ces sons étaient dispersés et dans l’obscurité il semblait à Felgarth que les créatures tournaient autours de lui et que le monde se renversait. Il ferma les yeux et savoura l’imminence du carnage.
Oh oui, demain Kislev tomberait, Arug nagh Khorne !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hariwald
Lancier Ailé
avatar

Nombre de messages : 34
Age : 31
Localisation : Middenheim
Date d'inscription : 22/03/2007

MessageSujet: Re: Les héros meurent seuls   Lun 7 Mai - 12:48

En fait j'ai eu le temps... Very Happy



Sevastian était encore un peu transi et avait du mal à suivre l’énigmatique colosse qui l’avait sorti des limbes. Celui-ci semblait distant, comme perdu dans ses rêves et chevauchait nonchalamment devant lui. Seul le vent qui faisait voler ses fourrures et le sol qui défilait sous les sabots des chevaux témoignait de la vitesse qu’avait prit les deux hommes et de la course folle qu’ils avaient entamés.
Sevastian commençait à osciller sur sa selle et l’air qui sifflait à ses oreilles ne parvenait plus à rafraîchir le sang qui battait à ses tempes.

Cet empressement n’était pas naturel et une angoisse sourde commençait à serrer les entrailles du jeune lancier. Sublimant sa peur grandissante il hurla à son compagnon :
-« Pourquoi cet empressement ? Et ou allons-nous ? »
Une douce autorité perçait au travers de la réponse que lui fit l’homme.
-« N’as-tu que des questions et aucune certitude ? Tu traverses des terres désolées par les osts noires et tu n’es centré que sur toi-même. Ecoute ton âme, elle souffre avec cette terre. »
Sevastian serra les dents. L’autre disait vrai. Une inébranlable confiance l’habitait et le jeune homme se sentit ridicule.

Il se mit à réfléchir…Kislev ! Ils allaient vers Kislev ! Il lui sembla soudainement qu’il rouvrait les yeux. Il n’y avait plus de neige, le sol n’était plus que cendre et boue, à perte de vue tout n’était que destruction et mort et bien des corps dans les décombres encore fumant avaient été désertés par la vie.
-« Serais-je en train de traverser le désert de l’inexistence ? Me ramènes-tu à la vie ou me conduis-tu aux enfers ? Réponds, toi qui m’as ouvert les yeux pour la seconde fois. »
La réponse ne tardât pas, mais venait-elle de l’Autre ou de sa propre tête ?
-« Encore des questions… » Mais la voix bien qu’agacée restait sereine. « Ne vois-tu pas que ta terre est en danger ? Kislev est faible, son armée a été détruite et la force de l’ennemi s’apprête à fondre sur le cadavre qu’est devenu la ville. Mais tout n’est pas désespéré car nous avons un avantage : l’autorité d’un seul chef soude les troupes chaotiques et préserve leur unité. De nom je ne lui connais pas, mais son armure pourpre le distingue, c’est un élu des dieux sombres. NOus devons l’abattre et briser l’élan du chaos, ainsi, peut-être auront nous une chance. »


L’étonnement le plus soudain frappa le visage de Sevastian. Nous devons l’abattre ? Comment le pourrait-il, lui, un simple lancier ailé ? Il maniait l’épée avec dextérité certes, mais vaincre ce champion des dieux obscurs, comment ?

Le géant à la carrure d’ours tourna la tête vers lui et lui sourit. Il sembla au jeune homme que deux crocs luisaient entre ses lèvres. Il frissonna. Il ne connaissait pas cet hommes il y a quelques heures et il le suivait à présent dans l’é
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artamir
Kossar


Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 23/02/2008

MessageSujet: Re: Les héros meurent seuls   Mar 8 Avr - 23:28

Si tu fréquentes encore ce forum Harriwald sache que j'atends la suite avec impatience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les héros meurent seuls   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les héros meurent seuls
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les héros meurent seuls
» Seuls les morts peuvent parler ici
» [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
» les humains ne sont pas les seuls a savoir dessiner
» Les ultramarrants arrivent et ils ne sont pas seuls...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Kislev - Warhammer :: Récits-
Sauter vers: